Le Blog de Françoise Cartron

Les collaborateurs de Sénateurs pourront mieux valoriser leur expérience

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Communiqué

Très heureuse d'avoir signé au Sénat en tant que Présidente de l'Association de gestion des assistants du Sénat - AGAS - la première convention cadre sur la Validation des Acquis de l'Expérience avec l'Université Paris I Panthéon Sorbonne !

A l'issue de leur parcours les collaborateurs se verront décerner un diplôme de Master Science Politique option "Administration du Politique" par l'université et accèderont au statut de cadre !

Une première : seul le Sénat a mis en place cette validation des acquis. 

Très fière d'avoir concrétisé ce beau projet !

Merci au président de Paris I Panthéon Sorbonne Philippe Boutry et aux professeurs Bernard Dolez, Bastien François, Julien Fretel, Frédéric Sawicki : enseignants du master 2 Administration du Politique !

Une initiative à étendre..

.

"Votre proposition aggraverait les inégalités d’accès aux savoirs sur tout le territoire."

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Actualités

Communiqué de presse de Françoise CARTRON

Vice-présidente du Sénat

Sénatrice de la Gironde 

En mission sur les rythmes scolaires 

17 mars 2016  

« Je propose que les mairies puissent, si elles le souhaitent, abandonner les rythmes scolaires. »

Tweet d’Alain Juppé 16 mars 2016, 21h55 

Monsieur Juppé doit préciser sa pensée lorsqu’il affirme vouloir donner aux maires la liberté d’abandonner les rythmes scolaires, c’est-à-dire :

- Soit revenir à la semaine de quatre jours pour les enfants –très défavorable aux apprentissages, toutes les études le montrent ;

- Soit laisser les maires libres de ne rien organiser pour les enfants à partir de la fin des cours, ni activité, ni même garderie !

C’est déjà possible Monsieur Juppé : les activités ne sont pas obligatoires. Mais votre proposition aggraverait les inégalités d’accès aux savoirs sur tout le territoire. 

Rappel : le gouvernement accompagne actuellement et depuis trois ans les communes dans la mise en place des ateliers à une hauteur pouvant aller jusqu’à plus de 140 euros par enfant.

« Apaiser, rassembler » (Alain Juppé dans son livre « Mes chemins pour l’école.) C’est ce dont l’école a besoin en effet, et non de remises en cause perpétuelles.