Le Blog de Françoise Cartron

Repositionnement des moyens aériens de lutte contre les incendies en Gironde

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans En Gironde

Mme la présidente La parole est à Mme Françoise Cartron, auteur de la question n°141, adressée à M. le ministre de l'intérieur.

Madame la ministre déléguée, lors de l'été 2012, le service départemental d'incendie et de secours – SDIS – de la Gironde a été confronté, comme les années précédentes en période estivale, à d'importants et dramatiques incendies. Ces derniers ont provoqué la disparition de centaines d'hectares de forêts, dans un massif déjà très abîmé par les tempêtes de 1999 et de 2009, semant une nouvelle fois la désolation.

En outre, les effets des tempêtes ont modifié sensiblement la physionomie du massif et l'ont, malgré les efforts des services publics et des exploitants forestiers, rendu le plus souvent inaccessible aux véhicules de lutte contre les feux de forêts mobilisés par les SDIS. La pénétrabilité de la forêt s'en est trouvée immanquablement réduite, ce qui a accru de façon sensible le risque de propagation rapide des incendies.

Face à ces difficultés d'accès aux sinistres rencontrées par les équipes de lutte, il paraît d'autant plus nécessaire de déployer dans les plus brefs délais, en complément du dispositif terrestre, les moyens aériens adéquats sur les sites touchés, afin d'endiguer les départs de feu et ainsi de protéger au mieux les très nombreuses personnes présentes aux alentours en cette période d'afflux touristique.

À partir de 2009, ces risques unanimement constatés avaient d'ailleurs conduit l'État à délocaliser de manière préventive deux avions bombardiers d'eau de type Canadair sur l'aéroport de Bordeaux-Mérignac lors des mois de juillet et août.

Ces appareils ont été mobilisés sur de multiples théâtres d'opérations, et notamment dans mon département, en 2011, lorsque se produisirent les feux de forêt de Lacanau, dans le massif du Médoc, ainsi que du Pian-Médoc et de Cestas, en périphérie urbaine de Bordeaux.

Or, en 2012, ce prépositionnement des deux appareils, dont l'efficacité avait pourtant été démontrée, a été remplacé par l'allocation zonale d'un seul avion de type Dash, avion bombardier d'eau terrestre, qui doit donc nécessairement être avitaillé au sol. Malgré une vitesse de croisière élevée, sa cadence de largage est inférieure à celle des Canadairs mobilisés jusqu'alors, dont les capacités de rotation sont beaucoup plus élevées ; ils bénéficient en effet dans cette région d'un grand nombre de zones d'écopage, grâce au littoral atlantique, à l'estuaire et à la présence de lacs.

Vu que le département de la Gironde est celui de France métropolitaine où l'on compte le plus grand nombre de départs de feu et que la surface boisée ainsi menacée recouvre près de la moitié du territoire girondin, soit 480 000 hectares, la possibilité d'un détachement préventif de deux Canadairs pourrait-elle être de nouveau envisagée pour la saison estivale 2013 ? L'expérience récente montre en effet combien il est indispensable, pour faire face à un sinistre de grande ampleur, de disposer d'avions capables de tenir une cadence de largage élevée.

 

Mme la présidente

La parole est à Mme la ministre déléguée.

 

Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères, chargée des Français de l'étranger. 

Madame la sénatrice, je vous prie tout d'abord de bien vouloir excuser l'absence de Manuel Valls, retenu par d'autres obligations.

Vous évoquez la question de la mise en place à Bordeaux, lors de la période estivale, de deux avions bombardiers d'eau amphibies de modèle Canadair en vue de répondre à l'accentuation du danger d'incendie de forêt résultant des dégâts causés par les deux tempêtes de 1999 et 2009.

Il est vrai que le massif des Landes de Gascogne a été fortement endommagé par ces deux événements climatiques majeurs. Comme vous l'avez rappelé, l'enchevêtrement des chablis complique singulièrement l'intervention des moyens terrestres traditionnels mis en œuvre par les SDIS, de sorte que l'appui des moyens aériens peut être nécessaire.

Durant les saisons estivales précédentes, de 2009 à 2011, un détachement permanent de deux Canadairs a été constitué à Bordeaux-Mérignac. Il a été constaté, au cours des trois derniers étés, que l'activité moyenne de ces aéronefs se concentrait sur quinze journées à risque important et qu'une vingtaine d'opérations étaient engagées. Parallèlement, les sollicitations en d'autres points du territoire demeurent à un niveau élevé. De plus, l'extension géographique des points de stationnement de la flotte aérienne pose des difficultés logistiques et opérationnelles en cas de crise de grande ampleur.

Le ministre de l'intérieur a donc revu ce dispositif lors de la dernière campagne de feux de forêt, en décidant de mettre à la disposition du préfet de la zone sud-ouest des moyens aériens chaque fois que le risque le justifierait, et non plus de façon permanente. Cette décision a été prise parce que nous disposons aujourd'hui de moyens scientifiques permettant de faire des prévisions très précises. En effet, un outil d'analyse du danger « feu de forêt » a été développé avec le concours de Météo France, de l'état-major interministériel de la zone sud-ouest et de l'ensemble des acteurs de terrain.

Cet outil, à l'instar de ce qui est mis en œuvre pour la forêt méditerranéenne, et depuis cette année sur l'île de la Réunion, permet d'anticiper les journées à risque pouvant engendrer des situations tendues.

Cette nouvelle méthode a conduit à prépositionner, à vingt-sept reprises entre le 26 juillet, date du premier détachement, et le 23 septembre, date du dernier détachement, un ou plusieurs avions bombardiers d'eau de la sécurité civile à Bordeaux-Mérignac. Une quinzaine d'engagements sur feu ont été assurés dans ce cadre.

Le ministre de l'intérieur fait confiance aux acteurs opérationnels : la question de l'ampleur des moyens à engager ne peut pas être tranchée uniquement depuis Paris. La décision doit tenir compte de la disponibilité de la flotte, de la maintenance des appareils, des règles de repos et d'entraînement des équipages. Ces données ne sont pas fixes, elles évoluent chaque jour et doivent faire l'objet d'une multitude d'arbitrages difficiles.

L'important est de conserver les plus grandes facultés d'adaptation du dispositif de lutte aérienne contre l'incendie. Ainsi, la forte pression incendiaire qui a régné cet été dans les Pyrénées a justifié le renforcement du détachement sur la base de Carcassonne lors de certaines journées, pour permettre de répondre à toute éventualité dans le massif. Les avions de Carcassonne ont également été utilisés en renfort du dispositif mis en œuvre dans les Landes.

En tout état de cause, l'emploi des moyens aériens doit être conçu comme complémentaire des moyens au sol. C'est l'action combinée de tous les acteurs de la lutte contre l'incendie qui permet de vaincre un feu.

 

Mme la présidente

La parole est à Mme Françoise Cartron.

 

Mme Françoise Cartron

J'ai bien entendu, madame la ministre, que les décisions en la matière ne pouvaient pas être prises seulement à Paris et que le ministre de l'intérieur faisait confiance aux préfets de région pour prévoir ponctuellement la mise à disposition de Canadairs.

J'espère que nous ne connaîtrons pas d'incendies aussi dramatiques au cours de la prochaine saison, mais j'ai bien noté que, si tel était le cas, nous aurions les moyens d'y faire face.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir