Le Blog de Françoise Cartron

"Je suis optimiste, on ne résiste pas au changement"

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Educations/Formation

Interviewée au forum des auteurs d'Educavox, j'ai répondu à trois questions sur le numérique :

Quels sont les enjeux de son développement à l’école ?

Comment bouleverse t-il la façon dont la classe s’organise ?

Pourquoi est-ce si long ?

En conclusion, j'ai rappelé que face aux bouleversements, notamment pédagogiques que l'entrée du numérique à l'école sous-entend, j'étais évidemment optimiste... On ne résiste pas au changement.

Retrouvez cette intervention, et n'hésitez pas à me faire part de vos expériences, de votre avis sur les enjeux du numérique à l'école.

Engagement tenu !

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Educations/Formation

Alors qu’entre 2008 et 2012, 62 590 emplois d’enseignants avaient été détruits par la précédente majorité, pour la 2ème année consécutive le gouvernement mobilise des moyens humains supplémentaires pour les élèves du primaire et du secondaire.

En 2014, 4 042 emplois d’enseignants seront créés pour le primaire et 4 854 pour le secondaire.

Les engagements liés à la loi de refondation de l’Ecole de la République, votée il y a seulement 6 mois, sont donc tenus pour donner corps à notre ambition pour l’Ecole.

Des moyens nécessaires pour apporter aux enseignants la formation initiale indispensable pour relever les défis qui nous occupent.

Des moyens nécessaires pour accompagner l’augmentation des effectifs d’élèves de certains territoires.

Des moyens nécessaires pour mettre en œuvre les orientations de la loi de refondation de l’Ecole et notamment la priorité accordée au primaire.

Pour 2013 et 2014, l’académie de Bordeaux aura bénéficié de la création de 758 emplois de professeurs pour une augmentation d’effectifs de 10 497 élèves soit un professeur de plus pour 13 élèves supplémentaires.

En 2014, en Gironde, 116 postes supplémentaires d’enseignants seront créés dans le 1er degré et 82 pour le second degré. Ces nouveaux enseignants doivent permettre d’étendre le dispositif plus de maîtres que de classes, développer l’accueil des moins de 3 ans, conforter les Rased, ouvrir de nouvelles CLIS et créer en Gironde une unité d'enseignement en maternelle pour les enfants autistes...

L’Etat fait un effort sans précédent pour nos enfants et pour l’Ecole publique, nous devons tous en être conscients et le relayer !

 

Les lois se traduisent concrètement dans nos territoires…

 

Le "Cnesco" débute ses travaux !

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Educations/Formation

 « C’est parce qu’on débat démocratiquement sur l’école sur la base d’arguments étayés scientifiquement que l’école pourra progresser. » 

Nathalie MONS, Présidente du CNESCO 

 

Mardi 28 janvier, installation du Conseil national d'évaluation du système scolaire : les 14 membres réunis autour de la Présidente, Mme Nathalie MONS, et en présence du Ministre de l'Education nationale, M. Vincent PEILLON. 

Ce mardi 28 janvier, le Conseil national d'évaluation du système scolaire - le CNESCO - a été installé.  

Une nouvelle instance - créée dans le cadre de la Loi de refondation de l’école adoptée au Parlement en juillet 2013 - qui porte une nouvelle méthode d'évaluation de l’organisation et des résultats de notre système scolaire ! Une évaluation qui se veut indépendante, régulière et fondée sur une expertise de haut niveau !

Pourquoi un Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) ? Quelles sont ses missions ?

Comment est-il composé ? 

Quel est son fonctionnement ? Quels seront ses axes de travail ? Quels objectifs poursuivra-t-il ?

Qui pourra le saisir ? 

Quelle place occupera-t-il, au final, dans l’évaluation du système scolaire ?

Toutes les réponses à vos questions sont ici !

Accompagner la réforme, ne pas la freiner

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Educations/Formation

Dans la nuit de mardi à mercredi, je me suis prononcée contre une proposition de loi UMP visant à donner une totale liberté aux maires pour l'organisation de la semaine scolaire.  

Ce texte qui contrevenait assurément à nos principes constitutionnels a été au final rejeté par la majorité sénatoriale.

Je vous invite à prendre connaissance de mon intervention :