Le Blog de Françoise Cartron

Intermittents du spectacle : "nous serons vigilants"

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Culture

Avec de nombreux collègues membres de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat, j'ai cosigné ce texte à propos de la crise qui touche les intermittents du spectacle.

Nous saluons la mise en place d'une mission de concertation et resterons vigilants sur les solutions proposées par la mission et sur les suites données par le gouvernement. 

Nous serons vigilants 

Les Sénatrices et Sénateurs représentent des territoires très divers où les collectivités sont toutes engagées dans le soutien à des compagnies, des scènes nationales, des spectacles, des festivals qui génèrent échanges et lien social, autour d'expressions artistiques porteuses d'esthétique, de plaisir, de réflexion et d'ambition démocratique, sans oublier, évidemment, les retombées importantes, en matière d'activité touristique et économique.

Pour un service public de l'audiovisuel indépendant

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Culture

Ce mardi 1er octobre s'ouvre la session parlementaire ordinaire 2013 / 2014. 

Premiers textes examinés cet après-midi : le projet de loi organique et le projet de loi relatifs à l'indépendance de l'audiovisuel public. Désignée cheffe de file pour le groupe socialiste, j'ai pris la parole en discussion générale pour défendre ce qui est la traduction dans les faits de l'engagement présidentiel 51 en faveur du renforcement de l'indépendance du service public de l'audiovisuel.

Les débats se poursuivront jusqu'à tard dans la nuit. Je défendrai plusieurs amendements au cours des discussions.

Je vous invite à prendre connaissance du rapport fait au nom de la commission et de mon intervention :

Reconstitution des crédits d'intervention pour le spectacle vivant

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Culture

 

En juin dernier, je posais une question écrite à Mme la ministre de la culture et de la communication à propos des risques que fait peser le gel d'une partie du budget de la culture, décidé par l'ancien gouvernement, sur les acteurs et les structures les plus fragiles, notamment les compagnies indépendantes, les festivals et les théâtres.