Le Blog de Françoise Cartron

Installation de l’Observatoire de l’enseignement technique agricole

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Actualités

Ministre de l’Agriculture, de

l’Agroalimentaire et de la Forêt 

Porte-parole du Gouvernement

 

Paris, le 28 septembre 2015

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Stéphane LE FOLL installe l’Observatoire de l’enseignement technique agricole (OETA)

 

Le 28 septembre 2015, Stéphane Le FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a procédé à l’installation de l’Observatoire de l’enseignement technique agricole (OETA).

Créé le 15 juillet 2015, l’Observatoire de l’enseignement technique agricole est chargé d’évaluer en toute indépendance l’organisation et les résultats de l’enseignement technique agricole public et privé, et son adéquation en termes de qualification et d’emploi mais aussi  d’insertion scolaire et professionnelle des élèves, étudiants, apprentis et stagiaires.

 

Il remettra chaque année un rapport au ministre chargé de l’agriculture. Ce rapport sera présenté au Conseil national de l’enseignement agricole (CNEA) et il sera rendu public.

L’observatoire est composé de douze membres désignés en raison de leur compétence en matière d’évaluation ou dans le domaine éducatif.

 

Stéphane Le FOLL a annoncé à cette occasion le lancement début 2016 d’une étude prospective sur les métiers et les formations de l’enseignement agricole  à l’horizon 2030.

 

L’observatoire sera étroitement associé à ces travaux, qui alimenteront ses réflexions.

 

 

- - -

 

Composition de l’OETA

 

- Mme Anne-Marie BOULENGIER, ancienne directrice régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt du Limousin

- Mme Françoise CARTRON, sénatrice de la Gironde, vice-présidente du Sénat, membre de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication

- M. François DUBET, sociologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

- M. Alain FAURÉ, député de l’Ariège, membre de la commission des finances

- Mme Françoise FÉRAT, sénatrice de la Marne, secrétaire de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication

- M. Christian FORESTIER, ancien recteur

- Mme Brigitte GEHIN, responsable du pôle développement à l’Union nationale des maisons familiales rurales d’éducation et d’orientation

- M. Fernand GIRARD, ancien délégué général du Conseil national de l’enseignement agricole privé

- M. Jean-Claude LEBOSSÉ, ancien directeur général de l’enseignement et de la recherche

- M. Henri NALLET, ancien ministre de l’agriculture

- Mme Odile QUINTIN, ancienne directrice générale de l’éducation et de la culture à la Commission européenne

- Mme Fabienne ROSENWALD, directrice des statistiques d’entreprises de l’INSEE 

 

M. Henri NALLET a été nommé président de l’Observatoire de l’enseignement technique agricole et Mme Françoise CARTRON en est la vice-présidente.

 

Lettre d'information n°11

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Actualités

Régulièrement, je vous tiens informés de mon activité parlementaire. Notamment par la parution d'une lettre d'information semestrielle. 

Je vous invite à prendre connaissance du 11ème numéro, sorti en février. Avec au sommaire notamment : 

Nouvelles fonctions au Sénat 

Mettre en oeuvre la refondation de l'Ecole de la République 

Deux ans d'engagement pour la réussite des nouveaux rythmes scolaires

Vice-présidence : quel rôle ? quelles missions ?

Le détail de ma réserve parlementaire pour 2014

Mes questions au gouvernement

Partageons nos expériences 

 

Le devoir de Mémoire est un combat

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Actualités


de
Didier Guillaume,

Président du groupe socialiste du Sénat

 

Commémorations de la Shoah : le devoir de Mémoire est un combat

Le 70ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau nous rappelle l'horreur de la Shoah.

Les commémorations permettent à chacun, aujourd'hui, de se souvenir que des hommes en ont tué d'autres parce qu'ils étaient juifs.

Mais le devoir de Mémoire est un combat.

Il ne doit pas être cantonné aux jours de commémoration, sans quoi ces jours disparaitront avec l'oubli de la barbarie nazie.

Il ne faut jamais oublier à quoi a pu mener l'antisémitisme, érigé en doctrine d'Etat.

Dans un moment où ressurgissent toutes les formes de racisme, nous devons tous être vigilants.

C'est notre responsabilité collective que cette Mémoire ne s'efface pas et soit transmise aux nouvelles générations afin d'endiguer les haines.

Dire que "nous n'oublierons jamais" n'est  pas qu'un slogan, c'est la fondation d'une société qui respecte chaque être humain.

 

 

Nous sommes CHARLIE

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Actualités


Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté, Paul Eluard

Les français, de plus en plus seuls…

Écrit par Françoise Cartron. Publié dans Actualités

Mercredi dernier, j’ai été invitée par Francis CHARHON, Directeur Général de la Fondation de France, à prendre connaissance des résultats de l’étude 2010-2013 sur la solitude en France.

Les résultats de l’étude correspondent à ce que nous percevons trop souvent sur nos territoires : de plus en plus de français vivent seuls.

Vivre seul, qu’est-ce que cela veut dire ? Tout simplement n’entretenir de relations ni avec sa famille, ni ses amis…ni ses voisins.

Comme le confirme cette étude de la Fondation de France, c’est d’abord la pauvreté, le chômage, l’avancement dans l’âge, la maladie et le handicap qui peuvent conduire à la solitude, mais ce n’est pas tout puisque la tendance observée ces dernières années est aussi au développement de l’isolement des personnes issues de la « classe moyenne » et parmi nos jeunes.

Paradoxalement, nous n’avons jamais eu autant de moyens de communication à notre disposition, nous n’avons jamais autant écrit ou parlé, notamment sur les réseaux sociaux, mais beaucoup ne semblent plus avoir le temps ou l’intérêt d’écouter…tout simplement.

Ce n’est bien sûr pas par la Loi que nous combattrons cette solitude : aucune loi n’obligera jamais personne à contacter régulièrement ses amis ; aucune loi n’obligera jamais les parents et les enfants à se parler ; aucune loi n’obligera jamais quelqu’un à frapper à la porte de son voisin pour prendre de ses nouvelles.

Mais nous pouvons poser les jalons qui permettent de lutter contre cet isolement des peuples : mixité sociale, renforcement du lien intergénérationnel, valorisation du tissu associatif…

C’est aussi un état d’esprit s’appuyant sur ce qui donne sens à la vie en société, la fraternité et la solidarité, qui peuvent permettre à chacun de combattre ce mal qui ronge les liens sociaux. Un état d’esprit qui replace la Femme et l’Homme au centre de nos préoccupations et surtout de nos priorités.

Riches de nos rencontres, de nos échanges…nous sommes plus forts si nous pensons et construisons notre histoire commune en ne laissant personne au bord du chemin.

 

http://www.fondationdefrance.org/Nos-Actions/Aider-les-personnes-vulnerables/En-France/La-Fondation-de-France-agit-contre-les-solitudes