Le Blog de Françoise Cartron

 

L’objectif de cette mission était de faire le point sur la réforme des rythmes scolaires, mise en place en 2013, afin de dresser un bilan des initiatives prises par les élus locaux pour organiser les activités périscolaires.

Pour ce faire, j’ai utilisé la méthode suivante : j’ai mené des auditions ainsi que des visites de terrain, et développé un questionnaire et un blog.

J’ai ainsi auditionné une centaine de personnes (des chercheurs, des personnels de l’Education Nationale, des associations d’élus ou de parents d’élèves…). Je suis allée dans douze départements où j’ai rencontré les principaux praticiens de la réforme : les parents d’élèves, les animateurs, les enseignants, et surtout, les enfants !

J’ai été particulièrement active en Gironde où j’ai visité douze communes et rencontré plus d’une centaine d’élus.

J’ai également mené une enquête en parallèle, à l’aide d’un questionnaire à destination des élus locaux concernant la mise en œuvre de la réforme. Grâce à cela, j’ai pu fonder les résultats de mon enquête sur les données de 1002 communes ! Enfin, j’ai également tenu un blog pendant toute la durée de ma mission (www.unereformedanslerythme.com) afin de rendre en compte en temps réel de mon travail et d’informer sur ce que je pouvais voir au fil de mes déplacements.

De recueillir également les interrogations, les critiques de toute personne intéressée par le sujet. 

L’écriture d’un rapport au premier ministre est donc un véritable travail de recherche. Le but est d’apporter un point d’éclairage très précis sur la mise en place d’une politique publique. L’adresser au premier ministre est une manière de le rendre public : parce qu’il est à la tête du gouvernement, le premier ministre a un devoir de veille transversale sur l’ensemble de l’action politique menée.

Ce travail ne peut excéder six mois. C'est la règle !

J’ai rendu ce rapport en temps et en heures, après m’être absolument passionnée pour le sujet pendant ces six mois de travail. Le résultat fait 230 pages … Cette mission a été pour moi d’un formidable enrichissement et m’a permis de comprendre et de m’imprégner au mieux de la réalité du terrain.

Une mission sert aussi à cela : comprendre de quelle manière un territoire s'empare d'une réforme. D'identifier des points de blocage et des bonnes pratiques. Prendre le pouls, en quelque sorte !

On parle alors de "parlementaire en mission". 

Article suivant : en CMP (13/20) 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir