Le Blog de Françoise Cartron

 

Ce projet de loi est pourtant « une nouvelle étape dans le choc de simplification voulu par le Président de la République » à l’occasion du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, a rappelé le chef de file socialiste Thani Mohamed-Soilihi.

 

Les mesures engagées depuis 2012, demandées par les entreprises elles-mêmes, ont déjà permis de faire économiser plus de 2 milliards d’euros aux entreprises et à l’administration. 11 milliards d’économie sont attendues d’ici 2017, grâce à la simplification de démarches ou à la suppression de règlementations désuètes.

 

Le développement d’un véritable « chèque-emploi » va simplifier les démarches d’embauche des TPE ;

L’élargissement du rescrit, donnant force exécutive aux documents administratifs écrits, à de nouveaux domaines va sécuriser les relations de l’administration avec les entreprises ;

Le principe selon lequel le silence de l’administration vaut accord permettra d’accélérer les démarches ;

La simplification du droit de la commande facilitera l’accès des PME aux marchés publics.

 

Autant de mesures simples et volontaristes.

 

Les sénateurs socialistes ont pu y ajouter un amendement, voté en séance, pour faciliter la mise en œuvre des orientations de la loi ALUR.

Il assurera une meilleure articulation entre PLU et PLU intercommunal pour soutenir le secteur de la construction.

 

Le groupe socialiste regrette que ces mesures de simplification aient été gâchées par la remise en cause d’avancées significatives apportées au droit du travail.

 

Simplifier, c’est faire le tri entre normes utiles et inutiles, ce n’est pas abroger des avancées sociales.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir